jeudi 6 septembre 2018

Nos rentrées des classes

Aujourd'hui c'est mercredi et je trouve enfin le temps de me poser pour : souffler, me reposer, écrire ici et faire le point sur ces deux jours de rentrée.

J'ai fait ma pré-rentrée avant toutes les pré-rentrées, le 27 août. Au menu, des conférences avec les grands pontes de l'Education Nationale pendant deux jours (loin de la maison sinon c'est pas drôle), une journée à rencontrer nos tuteurs de stage, un jeudi entier à la fac (département ESPE - Ecole Supérieur de l'Enseignement et de l'Education) et enfin le vendredi, la "vraie" pré-rentrée dans nos écoles.

Lundi 3 a été mon saut dans le grand bain ! 26 petites âmes de CE2 ont pris place dans ma classe. J'ai assuré ma rentrée seule puisque le lundi et le mardi sont mes jours de charge de classe (jeudi et vendredi je serai à mon tour observatrice de ma binôme). Ça s'est passé... comme une rentrée ! J'avais tellement de paperasse à distribuer que j'ai dû découper cette corvée en plusieurs fois. Il ne m'a fallu qu'une petite journée pour mémoriser les prénoms de chacun. Je les trouve tous adorables et attachants mais quelle énergie ! Deux mois sans se voir, ils en avaient des choses à se dire. Et des stylos et feutres fluos à se montrer...

Ma classe (la classe !)

Ce fut une rentrée atypique puisque je n'ai pas pu accompagner ma Boubou pour sa rentrée de CE1. C'était la première fois et heureusement que j'ai été bien occupée par ma propre rentrée. De son côté, Petite Fleur faisait également sa rentrée chez la nounou, plutôt bien vécue même si elle refuse de manger quoi que ce soit là-bas pour l'instant.
Quant au Grand, sa rentrée se passe maintenant, nous aurons donc des nouvelles plus tard (ou pas puisque sa spécialité est justement de ne pas donner de nouvelles - le chameau).

Si vous me suivez sur Instagram, vous savez que Numéro 4, l'Ultime, sera parmi nous en novembre. Il a fait sa rentrée bien au chaud dans mon ventre et s'est fait remarquer par de nombreuses contractions. J'arrête le travail le 16 octobre... si je tiens jusque là !

C'est un garçon !

samedi 14 juillet 2018

Un an déjà ?

Un an déjà depuis mon dernier article sur ce blog fantôme ! Ce n'est pas que je n'avais rien à dire mais plutôt que je manquais de temps pour écrire. Ça m'a manqué. Il s'en est passé des choses dans nos vies depuis !
Nous nous étions quittés sur notre départ en Guadeloupe ? Que dire de ces vacances ? Qu'elles étaient belles et intenses et qu'elles me consolent un peu d'en prendre très peu cet été.

J'ai passé une belle année (scolaire) dans un collège au sein d'une classe de sixième. Un contrat mi-temps auprès d'élèves à troubles "dys" pour me permettre d'avoir un pied dans le corps de métier auquel j'aspirais.
J'ai pu préparer sereinement (ahahaha) mon concours de professeur des écoles et je l'ai eu, avec des notes pas trop mal et certaines carrément canon. L'année prochaine, j'aurai donc une classe de CE2 a mi-temps : 2 jours de classe et 2 jours à la fac. J'ai vu mon école, rencontré mes collègues et bien évidemment j'ai peur. Donc tout va bien !

La Boubou, 7 ans et pas toutes ses dents, a parfaitement réussi son CP. Comme pour son frère, j'ai été émue de la voir apprendre à lire et surtout de la voir aimer lire.
Son année de poney a été fructueuse aussi et elle passera son galop 1 l'année prochaine.

Et le Grand alors ? Le voilà bachelier. Mention Bien. Avec un 20/20 en économie qui le rend fier et vantard comme tout. Je vous dirais bien qu'on se fout de la mention mais ce serait mentir. J'ai pleuré comme une madeleine, pesté contre l'épreuve de français de l'an dernier qui lui fait louper la mention très bien à 0,45 point près, et salué ses notes canonissimes dans les autres matières.
Peu de temps avant, nous avons découvert Parcour'sup et en avons pensé bien des choses que jamais ne dirai puisque j'aime mon nouveau ministère de tutelle et mon ministre. Hum.

Ma Petite Fleur a maintenant 17 mois. Elle est toute petite et s'est décidée à marcher à 15 mois. C'est toujours la plus casse-cou de mes petits. Côté bronzage, elle tient plutôt de son père et comme ceux de sa sœur, ses cheveux blondissent de plus en plus. Elle a un sacré caractère mais nous avons passé la période des nuits pourries depuis plusieurs mois pour notre plus grand bonheur.

Chéri-Chéri est toujours égal à lui-même : très amoureux et très chiant quand il est fatigué. Un accident de la route (sans gravité) l'a tenu éloigné du travail et vous savez quoi ? J'ai pas aimé l'avoir à la maison au début, surtout diminué par un cou et une épaule douloureux. Mais ça va mieux et il retrouvera le chemin du bureau en septembre.

Notre premier semestre 2018 a été riche en bonnes nouvelles et l'année nous en réserve de plus belles encore j'en suis sure. Promis, promis, promis, j'essaierai de venir vous raconter tout ça un peu plus souvent !

P.S : Merci à Carole, lectrice de la première heure de mon ancien blog qui par un gentil mail m'a demandé de revenir écrire par ici. "Mais si t'as du temps, PRENDS LE !"

mercredi 26 juillet 2017

Pêle-mêle : Juin-juillet 2017

Juin et juillet ont passé et passent à la vitesse de la lumière... Avec toujours en vue, comme une promesse, notre départ en Guadeloupe. Plus qu'une semaine !
Tous les membres de la famille ont eu leurs petites échéances de fin d'année et, ma foi, nous sommes fatigués mais IMPATIENTS !

* Il y a déjà trois semaines, c'était déjà le dernier jour d'école pour la Boubou. Derniers jours en maternelle... Nous avons dit au revoir à une instit super, tellement souriante et pêchue qu'elle va beaucoup nous manquer. Nous l'avons outrageusement gâtée !
Avant de partir en vacances avec son papa, ma Boubou a fait le plein de câlins et a dit adieu à Sansa et Shaé, nos deux petits chatons en famille d'accueil.
Grâce à la magie de WhatsApp (et ses appels vidéos gratos), j'ai eu de ses nouvelles et l'ai découverte bronzée, encore plus blond (merci le soleil) et fatiguée. Pour la première fois depuis 4 ans, elle a fondu en larmes et j'ai dû ravaler les miennes pour la calmer. Nous la retrouverons très très bientôt pour un saut de puce direction Orly !


Ceci est un activateur d'ovulation, prenez garde !
* Mon Grand, mon garçon... Notre complicité retrouvée me fait un bien fou, vous n'imaginez pas à quel point. Il a eu un très court passage à vide dû à ses notes de français : 11 à l'écrit et 12 à l'oral alors qu'il pensait avoir cartonné. La pilule a été dure à avaler. Son 15 en sciences (il passe cette épreuve aussi cette année) et les 20 points d'avance n'ont rien changé. 
Après plusieurs déconvenues, il a finalement trouvé un petit boulot grâce au père de Chéri-chéri. Si vous croisez un grand métis dans les rues de Courbevoie, en train de coller des étiquettes sur les horodateurs, n'hésitez pas à le saluer ! Il fera son grand retour chez nous vendredi pour la mission bagage et ménage (il est ravi) avant le grand départ.

* Après bien des péripéties, j'ai repris la route avec Petite Fleur pour aller récupérer les papiers d'identité des filles. Il a fait moins chaud cette fois mais les deux nuits chez Mamie m'ont épuisée. Petite Fleur ne supportant que très peu de temps son lit parapluie, j'ai dû la prendre avec moi. Quel est le souci me direz-vous ? Les lits à la campagne sont de vieux nanars de 1,20 mètre de large. Avec un bébé qui aime gigoter et se retourner en dormant, c'était sportif et éreintant. Mais j'ai passé trois jours agréables avec la grand-mère de Chéri-chéri dont je suis de plus en plus proche. J'aime être avec cette femme qui a une mémoire prodigieuse de tout ce qu'elle a vécu, enfant, pendant la guerre... Nous avons papoté, jardiné, calmé le bébé ensemble, du bonheur sous le ciel (un peu gris) angevin.
Youhouuuuuuuu !
* C'est officiel ! J'ai retrouvé du boulot ! Je pourrai y aller à pied et je ne bosserai qu'à mi-temps. Un sacrifice financier qui n'en est pas un puisque j'aurai du temps pour travailler de la maison (et donc avoir un complément de salaire) et du temps pour mes enfants. Du temps aussi pour préparer et passer un concours qui me tient à cœur... 

* Et Petite Fleur alors ? Elle pousse, elle pousse. 5 mois, 6 petits kilos. C'est mon enfant la plus tonique : à trois mois elle se retournait déjà et maintenant on la retrouve en travers ou en sens inverse dans son lit. De quoi faire taire tout le monde : elle dort sur le ventre et c'est elle qui désormais choisit sa position.
J'ai visité deux crèches en vue de ma prise de poste (dont la date n'est pas fixée). La première est privée et (très) chère. Comme c'est une micro-crèche, donc nous aurions droit à une aide de la CAF mais la part à notre charge reste très élevée... Le fait que les repas des enfants soient des plats préparés TOUS LES JOURS a mis fin à ma réflexion. Je ne juge pas et je n'ai rien contre en dépannage mais des Blédichef tous les jours et bien...NON.
La seconde est une crèche parentale à laquelle nous n'étions pas éligible car elle n'est pas dans notre commune... c'était mal connaître ma persévérance ! Nous avons assisté à une réunion d'information qui nous a séduits. Des repas préparés chaque jour à partir de produits frais, un espace extérieur, une petite structure de 16 berceaux (8 grands et 8 bébés)... Hier, j'ai été reçue par la responsable et cette semaine sera décisive puisque nous sommes deux familles encore en lice pour une seule place. S'il vous plait, croisez les doigts pour nous. Le seul point noir : la responsable n'a pas été très enthousiaste quand j'ai demandé à apporter mon lait... Je vous tiens au courant (sinon vous avez la page facebook du blog où je papote parfois !).
Bribe de sommeil angevin...
 

* Je prépare la diversification de Petite Fleur. J'ai acheté plein de légumes bio lors de mon séjour à Angers (c'est tellement moins cher en Province !) et j'ai congelé plein de bonnes purées. On commencera en Guadeloupe tranquillement mais ce timing m'effraie un peu... En 2012, la Boubou avait un an pendant notre voyage et elle n'a RIEN mangé d'autre les tétées durant les 17 jours de notre séjour. La chaleur ? Le décalage horaire ? Je n'en sais rien, mais elle n'a pas perdu de poids et se portait comme un charme. Si c'est également le cas pour Petite Fleur, nous irons à son rythme et on commencera en septembre !
Grâce aux ventes privées, j'ai acheté plein de contenants en verre qui feront office de petits pots et sont plus adaptées pour les passages au micro-onde.
En vert des boites Luminarc, le reste, Glasslock
Plus qu'une semaine et nous serons enfin en vacances. ✈✈✈ Je vous ai dit qu'on partait en Guadeloupe ? En famille, tous ensemble !

Mes Trois Fantastiques ♥

mercredi 12 juillet 2017

Famille d'accueil

Nous avons adopté notre chien en refuge, à la LPA de Lille en septembre 2014. Chéri-Chéri, qui a eu un Sharpei quand il était enfant, est très attaché à cette race. Moi je voulais un chien de refuge ou d'association. Ça correspond à mon éthique personnell. En adoptant un chien, on en sauve deux : celui qui est adopté mais aussi celui qui prendra sa place au refuge
Alors nous avons été patients et c'est finalement à Lille que nous avons trouvé le Gros Russe. Son adoption fut très émouvante : nous avions trouvé et sauvé notre chien.

Depuis, nous donnons régulièrement aux refuges des environs comme la SPA de Chamarande. Ce sont des moments que notre Boubou nationale apprécie du haut de ses six ans. Et c'est toujours l'occasion d'une belle leçon de choses sur la condition animale, les abandons injustes et indignes et l'investissement personnel qu'implique l'adoption d'un animal.

Cette année, j'ai décidé d'aller un peu plus loin en devenant famille d'accueil pour l'association ARESP (Aide aux Refuges d'Espagne). Comme son nom l'indique, l'association a été crée afin de venir en aide aux refuges espagnols mais aussi français et, d'une manière générale, aux animaux en détresse ou qui sont menacés de finir sur Le Bon Coin (un animal n'est pas un objet, il est utile de le rappeler...). L'association œuvre également à la stérilisation de tous ces animaux. Pourquoi ?
La réponse en image :

Et NON, une chatte n'a pas besoin d'une portée dans sa vie.

En accord avec Chéri-Chéri, j'ai répondu à l'appel d'ARESP et nous avons accueilli de petites chattes de deux mois, blanche et rousse.
Nées au sein d'une famille de l'Essonne, d'une portée non désirée (leur maman a été stérilisée depuis), elles étaient les deux seules à ne pas avoir trouvé de famille. Pour leur éviter Le Bon Coin, nous les avons recueillies et baptisées Sansa et Shaé ♥ (Game of Thrones for ever !). Elles sont avec nous depuis trois semaines et nous espérons qu'elles trouveront une famille avant notre départ en Guadeloupe, sinon elles connaitront une nouvelle famille d'accueil au lieu d'une famille d'adoption définitive.
Être famille d'accueil est une sacrée aventure. Enrichissante, pleine de découvertes, de "ooooh !" de "attention !!!", de "mon dieu elles arrivent à passer derrière le lave vaisselle !". C'est aussi, ne nous leurrons pas, une aventure odorante si on oublie d’ôter les crottes de la litière et qu'il fait très chaud.
Au dépar, Sansa était la plus timorée et la plus trouillarde (d'où son nom !) tandis que Shaé allait volontiers au contact. Les rôles sont désormais inversés et notre petite Shaé est plus craintive et nous fuit, sauf à l'heure de la gamelle. Il nous faut alors l'appeler par son nom, la laisser nous observer et enfin, elle accepte nos câlins.
Shaé et Sansa, le jour de leur arrivée




Sansa (ses pattes sont entièrement blanches, sa sœur a une pattes rousse)

Qu'en est-il de notre chien ? Le pauvre n'a pas eu le droit de les approcher tout de suite pour des raisons sanitaires (elles devaient être vermifugées) et parce que les pauvres minettes étaient terrorisées ! Nous avons donc procédé à des mises en contact progressives et les trois sont maintenant très copains ! Sansa et Shaé subissent quotidiennement un toilettage en règle de la par du Gros Russe. Et le Gros Russe subit quotidiennement un guet-apens à base de chatons cachés derrière les meubles qui lui sautent dessus soudainement !



Sansa et Shaé sont adoptables dès maintenant, moyennant une participation financière. Pourquoi ? D'une part pour s'assurer du bien-fondé de la démarche des adoptants (il est rare qu'on paie pour un chaton qui finira dans le ventre d'un serpent - véridique) et d'autre par pour permettre à l'association de financer les frais vétérinaires des chatons mais aussi des chiens et chats pris en charge (certains sont recueillis malades et/ou ont besoin d'opérations couteuses.
Une adoption en refuge ou en association est acte d'amour mais aussi un acte militant. Vous trouverez beaucoup de chatons et de chiots en animalerie, souvent tout petits parce qu'ils sont retirés à leurs mères bien trop tôt (donc mal ou pas sevrés) et issus d'élevages douteux. Adopter en association demande moins d'argent et c'est nettement plus gratifiant ! Sans oublier tout l'amour (et le bazar) qui vous vont tomber dessus !
Adoptez-nous !

Si vous habitez la région parisienne et que vous voulez voir mes deux petites héroïnes et pourquoi pas, adopter l'une d'elle (ou les deux !), contactez l'association qui vous donnera la marche à suivre.
Parlez-en autour de vous, qui sait, elles séduiront peut être...

lundi 10 juillet 2017

Ma première Baby Shower

Quand Petite Fleur est venue au monde, mon amie M. était enceinte de trois mois. Elle le savait et je le savais, mais elle ne savait pas que je le savais. Ça va vous suivez ?
Le soir du réveillon du nouvel an, son mari (accessoirement l'un des meilleurs amis de Chéri-Chéri) avait un peu trop bu et s'est laissé aller à quelques confidences. Il ne s'en souvenait déjà plus le lendemain et nous les avons donc laissé profiter en amoureux de leur petit secret. Je pense qu'ils ne voulaient pas voler la vedette à notre petite fleur en bouton...

Il y a eu la naissance, puis les ennuis de santé de Petite Fleur et le retour en néonat...puis nous avons pu souffler et apprendre enfin officiellement la jolie nouvelle. Dès le début, M. m'a dit qu'elle voulait une baby shower à la fin de sa grossesse... Et je me suis promis que je ferai partie du projet.
M. fait partie de ma "nouvelle famille". Celle que m'a apportée Chéri-Chéri. Nos chéris sont presque frères et elle est devenue une sœur pour moi. Jamais de jugement, jamais de question, toujours beaucoup de confidences et de fous rires. Nos filles sont amies aussi et vont à la même école.
Ce sont eux qui ont accueilli ma Boubou à 4 heures du matin quand Petite Fleur s'est annoncée.

Avec la complicité de S. de la cousine de M., j'ai organisé pour elle une baby shower surprise... Quatre semaines de conspiration pour un résultat inespéré...

Transformer un projet en surprise totale

Il a fallu commencer par là... Faire croire à M. que nous avions "zappé" sa petite fête prénatale. Nous avions d'abord réussi à nous procurer la liste des invitées. Sa cousine, étudiante, avait toujours quelque chose à faire et moi j'éludais la question. Son mari, dans la confidence, nous rapportait fidèlement sa déception et ses critiques. Elle pensait que nous l'avions oubliée !
Patiemment, à coups de SMS, nous avons tenté de rassembler toutes celles qui étaient chères à son cœur. Pas mal de "oui oui on viendra, on peut emmener Unetelle et Unetelle ?", des nanas hyper partantes et enthousiastes... qui ont fini par annuler la veille ou le matin même ! La flemme de sortir un dimanche sous la pluie ? Sans doute.
Mais comme Chéri-Chéri me l'a répété "l'important ce sont les présentes, pas les absentes".
Ce dimanche matin, nous étions sur le pont à 11heures S. et moi. 
Il ne manquait que la diversion et pour ça, son mari nous a bien aidées. Il a éloigné sa femme de la maison pendant quatre heures, le temps de tout organiser, de préparer les petites choses à manger, d'attendre les retardataires et de décorer la salle (ça c'était mon job).

Le jour J et l'heure H

M. est ivoirienne, née à Abidjan. Il vous faut le savoir pour comprendre ce qu'elle appelle "l’heure africaine". Elle devait être prête à partir à 10 heures... ils ont finalement quitté la maison à 11 heures ! Direction, quelques magasins de puériculture... puis Ikea, pour nous permettre d'attendre encore quelques personnes.
Pendant ce temps là, je soignais ma déco. J'ai acheté plein de petites choses séparément pour faire une belle corbeille garnie en guise de centre de table : du liniment Babysoin de Cooper (composition irréprochable), des tonnes de sérum physiologique (what else ?), des couches bio, des dragées, un mug un peu kitsch... J'ai terminé la veille et j'étais assez fière du résultat !

C'est beau !
J'ai écumé les magasins de bricoles : Babou, la Foir'Fouille, le Géant de la fête... Je voulais un thème vert anis et blanc parce qu'elle adore ces couleurs, dont elle rêve pour son mariage. J'ai préparé une table assez épurée parce qu'il y avait pas mal de choses à manger et grignoter qui allaient arriver.
J'ai terminé une vieille bouteille d'hélium qui restait d'un mariage, de quoi gonfler pile poil 6 ballons !
Les copines arrivées plus tard pour prêter main forte ont adoré et moi, une fois encore j'ai été fière de moi. A ce moment-là, le stress était à son comble - la surprise allait-elle être totale ?

C'est beau (bis)



Tadaaa !
 
Jolis ballons


Vers 14 heures nous étions au complet. Nous avons donc donné le feu vert à son mari qui la baladait (enceinte de 7 mois je le rappelle) depuis 11 heures du matin. Elle était donc énervée, fatiguée et commençait à s'agacer d'arpenter Autour de Bébé puis Ikea (un dimanche !) sans rien acheter du tout. Et M. est arrivée ! Sa cousine, qui a les clés depuis longtemps, l'attendait. Il fallait donc trouver une excuse pour la faire descendre au sous-sol où se déroulait la fête. Elle n'a pas voulu tout de suite !
Et finalement, j'ai entendu ses pas dans l'escalier. J'ai allumé la musique, sa chanson ivoirienne préférée...
Elle est apparue, toute ronde, le visage fermé et a mis quelques secondes à comprendre.

SUUUUUUURPRIIIIISE !!!

Elle a mis les mains sur son visage...puis est repartie en sens inverse, remontant l'escalier en courant. En haut de l'escalier, nous l'avons rejointe, en larmes, bouleversée, reconnaissante.
Elle nous est tombée dans les bras en nous grondant copieusement et j'ai pris ma dose d'engueulades larmoyantes croyez-moi :

- "Toi ! Toi ! Tu m'as bien eu ! J'ai rien deviné !"

C'était fort, très fort. Les invitées ont bien pleuré aussi.

Le Gender Reveal Cake

La cerise sur le gâteau a été de découvrir le sexe du bébé en même tant que la future maman. Lors de la seconde échographie, l'échographe a inscrit le sexe sur un petit papier que seul le papa a pu consulter.
Ils avaient décidé que M. apprendrait la nouvelle dans un Gender Reveal Cake, pour que la baby shower à l'américaine soit parfaite.
Même si M. pensait que nous l'avions oubliée, elle ne connaissait toujours pas le sexe du bébé et s'était résignée à l'apprendre le jour de la naissance. Son mari a tenu à respecter son idée de départ en commandant un super gâteau (et des cupcakes !) qu'elle a découpé...

Alors ? Alors ?


Après une petite fille en 2012, M. accueillera en août 2017...

It's a... GIRL (on est cernés par les baby gonzesses)
La journée enfin la soirée, s'est terminée à 23 heures. Jeux, grignotage, rigolades, jeux, grignotage rigolades et enfin danse !
Petite Fleur a été un trésor de patience ce jour-là, baladée dans son sling pendant que je m'affairais aux préparatifs.
Ce fut une belle journée que je n'oublierai pas...

jeudi 22 juin 2017

Vos papiers s'il vous plait !

Encore un petit mois et dix jours avant le grand départ pour ma chère Guadeloupe. Ça me parait encore bien lointain alors à part "crème solaire bébé bio", écrit à l'arrache sur un bout de papier, je n'ai rien préparé.
Nous savions à la naissance de Petite Fleur qu'elle devrait avoir sa carte d'identité très tôt. Hélas, en bonne procrastineuse, je me suis pointée à la mairie lundi matin pour m'entendre dire "c'est sur rendez-vous depuis le 1er mars de cette année et de toute façon, on n'est surchargés jusqu'en septembre ! Essayez une autre mairie !".
Je suis restée cool et je suis repartie en plein cagnard avec ma fille et une liste de toutes les mairies d'ile de France habilitées à délivrer des cartes d'identité et des passeports.

N'attendez pas la dernière minute !!!!

Douze millions d'appels plus tard (j'exagère à peine), une dame très gentille (ça n'a pas été le cas de tous) m'a fortement conseillé de m'éloigner de la région parisienne, petite et grande couronne confondues.
La grand-mère de Chéri-Chéri résidant dans la campagne angevine, j'ai appelé la mairie du grand village d'à côté qui pouvait me recevoir deux jours plus tard (mercredi dernier donc). J'ai bien vérifié que j'avais tout ce qu'il fallait : extrait de naissance de Petite Fleur, justificatif de domicile, le Chéri-Pacs, les photos...
SOU-LA-GEE j'étais.

Et puis, mon petit doigt m'a dit de vérifier le passeport de la Boubou, même si j'étais SURE qu'un passeport c'est valable 10 ans. Et là... j'ai pris le "date d'expiration 11-2016" en pleine face. 
J'ai lu et relu tout et n'importe quoi sur internet sur le fait de voyager avec des papiers périmés. 
Un douanier nous laisserait-il embarquer en laissant un de nos enfants derrière nous ?
Les yeux verts de la Boubou suffiraient-il à faire plier les forces de l'ordre ? Après tout ça marche très bien sur moi, son petit regard de Chat Potté.
Et si je montrais mes seins au douanier ? Ça risque de coincer par rapport à Chéri-Chéri mais il veut qu'on parte en famille oui ou non ? 

Je fais des blagues mais en fait je pleurais des larmes de sang (j'exagère à peine). Je me suis maudite, traitée d'idiote décérébrée et de tête en l'air.
Et j'ai rappelé ma mairie de province en mode stress total. Le monsieur très gentil m'a rassurée : on allait faire les deux en même temps !

Mardi soir, j'ai pris la route et après trois heures de voiture sous le cagnard (encore) avec Petite Fleur, nous avons passé une bonne nuit à la fraîche dans la vieille maison aux murs épais de Mamie "Taxi".
Le lendemain, c'était bouclé. Sous réserve que nos dossiers ne soient pas rejetés pour X raison : documents invalidés, papiers manquants...
En juillet, mes filles auront donc des papiers officiels. Pitié, faites que ce soit dans trois semaines et pas plus !!

Merci au personnel de cette charmante mairie, moi je dis vive l'Anjou !

Jeudi soir, après trois heures de route sous le cagnard (je meurs) avec Petite Fleur, j'ai eu une bouffée d'angoisse. J'ai appelé mon Grand. Et si ? Non, non, ce serait le comble...

Sa carte d'identité est à jour. OUF !

mercredi 14 juin 2017

Transition capillaire #3 : Mon big chop au Boucle d'Ebene Studio

Et voilà, c'est fait ! Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez pu voir ma trombine transformée. Mercredi 8 juin, j'ai fait le grand saut du Big Chop mais j'ai eu besoin d'aide. Beaucoup font le choix de couper seules les pointes défrisées, moi je n'ai pas pris ce risque. J'ai encore en mémoire ce jour où j'ai décidé de réparer moi-même mon ordinateur - j'ai ouvert l'unité centrale et... Enfin bref, c'est pas un bon souvenir et dans certains cas, croyez-moi, il faut laisser faire les pros !!!

Si vous avez loupé le début, j'avais tellement de mal à gérer mes deux textures (pointes défrisées et racines frisées) que je mettais des bandeaux tous les jours en calant les longueurs dedans. Je n'arrivais même plus à brosser et à faire pénétrer les soins !
Le bandeau style avec les cheveux ratatinés dessous

Il me fallait donc LE salon de coiffure, pas n'importe lequel parce que mon cahier des charges était précis et exigeant, je voulais :

1 - Un salon spécialiste des cheveux bouclés, frisés, crépus. Pas un salon qui coiffe seulement ce type de cheveux mais un salon qui les CONNAISSE (la nuance est grande) : leur problématique, leurs besoins (qui ne sont pas les mêmes suivant leur texture)...

2 - Un salon feel good. Quand j'étais petite, j'ai beaucoup fréquenté avec ma mère ce que j'appelle (un peu méchamment) des boui-boui : des salons sales, bruyants, qui sentaient le cheveu brûlé par le fer à lisser et qui ressemblaient à tout sauf à une pause beauté. On y restait des heures entières...
Or, je viens d'avoir un bébé et j'avais vraiment besoin d'un petit sas de détente pour me retrouver (pas simple en y allant avec bébé mais au moins m'en approcher).

3 - Des conseils sur les soins et la routine à adopter après la coupe pour ne pas reproduire mes anciennes erreurs mais aussi pour apprendre à entretenir et aimer ma nouvelle coupe. Sans pour autant me pousser à acheter un tas de produits que je n'utiliserai pas par manque de temps (ne mentez pas, je SAIS que vous êtes déjà repartie d'un salon avec la gamme complète de chez Floréal-ultra doux-tes cheveux sont doux mais tu es à découvert-bisou).

4 -  Trouver MON salon. Un endroit où je retournerais avec plaisir montrer et entretenir mon joli nuage noir et me retrouver en tant que nana. Et vivre ce moment délicieux où tu te laisses shampouiner en fermant les yeux...

Bref, comme je vous le disais la veille du grand jour, j'ai osé demander à Virginie de me conseiller et mercredi, mon bébé sous le bras (enfin dans la voiture), j'ai poussé la porte du Boucle d'Ebene Studio (Salon by BE).


J'ai été accueillie par Aline et son équipe et surprise, je n'étais pas la seule à venir avec un minipouce puisqu'une autre jeune maman était elle aussi venue faire son big chop avec une petite fille du même âge que Petite Fleur.

Ma place ♥

J'ai patienté peu de temps, puis Aline est venue s'occuper du diagnostic de mes cheveux. Elle a coupé quelques pointes pour dégrossir un peu la masse de pointes défrisées puis m'a fait un bon shampooing. Ensuite elle a posé un soin en me massant les cheveux (soupir d'extase).
Et enfin, elle a coupé mes cheveux. Je vous avoue que ça fait quand même un sacré choc de voir mes longueurs par terre. Je leur ai dit au revoir avec une boule dans la gorge. Je les ai regardées, toutes éclaircies par l'été dernier et le soleil de Cavaillon, mais aussi sèches et en mauvaise santé.
Je ne me suis pas regardée dans le miroir. Avant qu'Aline ne les fasse disparaitre à grands coups de balai, je les ai prises en photo. Adieu les défrisages chimiques, les brûlures du cuir chevelu mais aussi la sensation artificielle des cheveux au vent !
Ma petite poupée s'est endormie dans mes bras au dernier coup de ciseaux...
Et voilà !

Quand je me suis regardée dans le miroir, j'ai trouvé ça...bizarre ! J'avais une belle couronne noire, dense et frisée. Aline m'a expliqué que j'avais BEAUCOUP de cheveux, et que ce nouveau départ allait leur faire du bien. Je ne lui ai demandé qu'une seule chose : qu'elle me conseille une routine capillaire avec des produits sains.
C'est une femme douce et très pédagogue qui a su m'expliquer très simplement ce qui allait changer et le plus important, ce qu'étaient mes cheveux. Elle sait de quoi elle parle et elle en parle bien. Ce qui est certain c'est que je ne connaissais pas du tout mes cheveux. Je sais aujourd'hui qu'ils sont très secs et ont besoin d'hydratation, de beaucoup d'hydratation.
J'avais déjà un shampooing et un après-shampooing nourrissant à la maison mais rien pour nourrir et hydrater. Aline m'a recommandé une texture crèmeou butter cream à appliquer tous les jours ou tous les deux jours, mes cheveux étant très crépus, la texture des laits capillaires ne leur convient pas. La crème qu'elle a appliquée sur mes cheveux et que j'ai achetée sent divinement bon et sa composition respecte bien ma nouvelle éthique.
Ensuite, elle m'a coiffée au peigne mais le résultat n'était pas encore ce que je voulais. Je trouvais que ça faisait "casque" et que ça manquait de féminité et je pense qu'Aline a vu que ça n'était pas encore "ça".

"Si vous voulez, on peut mettre un peu de folie à tout ça ?". Et elle a commencé à balayer les mains dans mes cheveux, créant plus de reliefs et de tortilles. J'ai souri, on était sur le bon chemin.
Pour peaufiner l'effet twist, elle a utilisé une éponge magique qui a créé encore tout plein de tortilles très jolies. Et voilà le résultat !

 Je me suis vue dans le miroir, et j'ai aimé. J'avais tellement peur de ne ressembler à rien, de ne plus être féminine...

"C'est beau, j'aime bien..."

Aline m'a répondu "C'est vous". Et elle avait tellement raison.
Tadaaaa !
Eponge magique : mouiller les cheveux, tourner sans appuyer puis admirer les tortilles !

J'ai été contente du résultat même si je sais qu'il va falloir que je m'habitue. J'ai ressenti une grande liberté et une sorte de rupture avec les choses qu'on m'avait inculquées : cheveux lisses sinon rien, cheveux longs sinon rien... Je ne sais pas si cette longueur me conviendra à terme, mais je sais que les défrisages chimiques et moi c'est terminé.
J'ai eu aussi une furieuse envie de me maquiller, j'ai réalisé que j'avais le teint brouillé et fatigué (merci bébé !). Cette jolie coupe méritait aussi de belles boucles d'oreilles plus imposantes que mes petits clous en or gris.

Une semaine plus tard, je le vis comment ? J'ai plus de temps le matin pour gérer les filles : je me mets un coup de vapo maison (eau+aloe vera) pour hydrater mes boucles puis je scelle l'hydratation avec ma crème Magic Twist de chez Les Secrets de Loly que j'applique en massant les cheveux et le cuir chevelu. Si je veux des petites tortilles, j'utilise mon éponge magique (que j'ai achetée aussitôt arrivée à la maison !) sinon je laisse mes cheveux comme ça.
Alors oui, ça fait court à cause du shrinkage, comprenez "effet ressort" du cheveu frisé. Ça se voit moins quand les cheveux sont mouillés mais une fois sec les frisettes se rétractent et se serrent. Ça me gêne certains matins et d'autres non.
Autour de moi, les avis sont mitigés : mon chéri aime bien mais il lui a fallu 2/3 jours pour s'habituer.
La Boubou a eu cette phrase mémorable "heu, je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'es coupée les cheveux !".
Le Grand n'a pas aimé du tout mais il s'est montré très curieux de ma routine capillaire et je crois qu'il a commencé à apprécier quand il m'a vu maquillée et avec un bandeau !

J'ai remercié Aline dix fois jeudi dernier et je la remercie à nouveau. Cette femme vous réconcilie avec les salons afro et vous réconcilie avec vos cheveux. J'y retournerais sans hésiter et j'ai même très envie d'y emmener la Boubou pour lui trouver aussi une bonne routine de soin.
Merci Virginie pour cette bonne adresse, dans cette ville où j'ai grandi. Une forme de retour aux sources en quelques sortes...

Salon de coiffure Boucle d'Ebene Studio
3 avenue Henri Ravera
92220 BAGNEUX
09 81 30 82 46