mercredi 15 mars 2017

Eclosion #1 : Drôle de Saint Valentin

Depuis fin janvier, je ne le cacherai pas, j'ai commencé à en avoir ras le bol d'être enceinte. La sciatique, le foutu diabète gesta, la fatigue etc... Et j'avais envie d'accoucher, de La voir, de La toucher, de notre rencontre à toutes les deux, tous les trois, tous les cinq...

Alors j'ai appliqué très scrupuleusement toutes les méthodes préconisées pour avancer le jour J (initialement prévu le 6 mars - cri d'effroi). Évidemment, toutes les cuites à la tisane de feuilles de framboisier et autres méthodes italiennes n'ont absolument rien donné. Sachez-le.

Et puis, lundi 13 vers 16h00, sur le chemin du retour de l'école avec ma Boubou, j'ai senti une petite douleur. 
A la maison, encore une autre, puis une autre vingt minutes plus tard. Comme une vraie maso, j'ai guetté ces petites douleurs. Elles étaient enfin là, les vraies contractions. J'ai eu un genre de rire satanique assez horrible "ahahahah ça y est ça fait mal, supeeeeeeer !!!" L'exorciste version en cloque. Même ma fille ne comprenait pas. C'est allé crescendo :

* Toutes les 15 minutes : youpi, ça fait mal. Mais pas encore assez, il faut que ça me fasse encore plus mal. Je veux douiller bordel, je veux souffrir (👿).

Vas-y la contraction ! Fais-moi mal !!!

* Toutes les 10 minutes : elles se rapprochent et elles durent plus longtemps. Mais j'arrive encore à parler. Ça n'est pas normal. Je devrais être pliée en deux, j'ai lu ça sur internet. (Note de moi-même pour que vous compreniez bien : je n'ai jamais connu de commencement de travail classique. Donc je ne connais pas les signes. Voila vous savez tout.)

* Toutes les 6 minutes : Vraiment ça fait mal. Pas encore assez mais bon, ça va venir hein. C'est pour ce soir. Ou mieux, pour DEMAIN. La Saint Valentin, ce serait beau pour accoucher. Notez bien que je n'en ai rien à foutre de cette fête commerciale. Mais la Saint Valentin quoi. Ce serait tellement merveilleusement kitsch et chamallow. Chéri, joyeuse Saint Valentin, te voilà papa ♥. Mais je me fous de la Saint Valentin hein. (ok en vrai j'adore).

A 18h40, mon Amoureux rentre du boulot et un peu fébriles, on descend la valise, le sac pour la salle de naissance, le dossier médical. On prépare la Boubou pour la déposer chez nos amis... Elle est aux anges.
Comme je suis quelqu'un de sensé, je prends tout de même le temps de me taper une bonne raclette dans la bonne humeur (avec des navets à la place des patates - diabète style). Ce bébé peut bien attendre que le fromage fonde.

A 21h00, nous voilà partis. J'ai encore mal et ça me fait plaisir. Je voudrais avoir encore plus mal. Mais je souris, j'arrive à porter mon sac sans problème.

On sonne à la porte des urgences ultra sécurisées. Coucou, c'est moi, c'est pour aujourd'huiiii ! Si j'ai mal, oui oui, j'ai mal. J'ai des contractions, regardez donc mon appli d'Iphone, toutes les 15 puis 6 puis à nouveau 15 minutes.

Trente minutes et un monito plus tard, j'étais assise sur le confortable siège en cuir de notre monospace à maudire cette douleur qui ne voulait rien dire du tout à part "ça commence tout doucement, vous êtes à peine à 2 !". Dégoutée j'étais. La dame qui m'a dit que j'étais à 2 (après une vérification au doigt en bonne et de forme) a dit que ce serait peut être pour dans quelques jours. Elle m'a tendu un bout de papier avec un numéro de téléphone :

"Voilà, c'est le numéro de la salle de naissance, si vous n'avez pas accouché à la date du terme, le 6 mars, vous nous appelez pour qu'on vous déclenche. Allez au revoir !"

Bref, c'était pas pour tout de suite et pas pour la Saint Valentin non plus !

2 commentaires:

  1. Je suis surprise : j'ai eu le droit à la péridurale les 2 fois, alors que j'étais seulement à 2, justement. Bon, je perds les eaux à chaque fois, donc il ne saurait être question de me renvoyer chez moi (et je gère très mal la douleur), mais quand même, à 2 pour un 3ème accouchement, je pensais qu'ils gardaient les gens plus de 30 min pour vérifier.

    Banane

    RépondreSupprimer
  2. Justement, ils ne m'ont pas gardée en partie parce que je ne voulais pas de péridurale et parce que cette croyance qui dit que le troisième ca va plus vite, c'est souvent une légende !

    RépondreSupprimer